La saison des festivals qui a commencé en mai vit ses heures les plus intenses au mois d’août. Pourquoi? Parce-que même si on en a envie, il est impossible d’aller à tous les festivals, je veux dire, c’est impossible physiquement! Déjà parce-qu’ils sont tous plus ou moins en même temps et puis… il faut être capable de suivre! C’est pas du petit joueur là! 

Au mois d’août, la ville grouille de touristes et de fêtards ( l’un n’exclut pas l’autre, bien au contraire…). Fêtard est peut-être le mot pour désigner la population de Budapest à ce moment-là et le Sziget en est certainement la meilleure allégorie.

Quoi? Vous ne connaissez pas le Sziget? Bon, commençons par le commencement. 

Si vous prononcez « ziget » pour n’êtes déjà pas mon copain; c’est pas compliqué, c’est « sz » donne le son « s » comme dans « salut », « saucisse » ou « saloperie de nom de d***! ». Prononcez donc « Siget ».

enterrement de vie de garçon Budapest

Maintenant qu’on en a décortiqué la phonétique, passons à la description de ce formidable festival. Chaque année en août, des centaines de milliers de zozos venus de partout en Europe ( et un peu du reste du monde ) se retrouvent pour partager leur amour de la musique et de la fête ( « et des drogues » rajouteront les mauvaises langues…), sur cette île située au nord de Budapest ( « sziget » veut d’ailleurs dire « île », quelle coïncidence! ). 

Si vous aimez les foules alcoolisées, la poussière dans les godasses ( ou la boue si il pleut ), les joies du camping, l’ambiance internationale et la musique très forte alors le Sziget est fait pour vous. 

enterrement de vie de garçon Budapest

Sinon, vous pouvez rester à Budapest, profiter des activités d’evgdenfer, de la climatisation, des terrasses équipées de brumisateurs, d’un programme culturel chargé comme il se doit, de la délicieuse Titanilla et surtout, dormir dans des draps propres!